Habitudes

3 pratiques de psychologie positive pour nos moments difficiles

Des pratiques fondées sur des preuves pour nous aider à affronter et à cultiver des expériences significatives.

Il est difficile de croire que nous avons dépassé le cap des six mois depuis que la COVID-19 a été déclarée pandémie. Au début de la pandémie, les gens avaient des questions pratiques pressantes : les épiceries seraient-elles ouvertes ? Y aura-t-il une pénurie alimentaire ? Au fil du temps en avril, la gestion de l’anxiété liée aux coronavirus a été un sujet de conversation majeur, alors que les gens étaient aux prises avec la peur de la maladie, ainsi qu’avec les difficultés économiques des premières vagues de pertes d’emplois.

Après plusieurs mois, des émotions telles que la dépression, le chagrin et le désespoir se sont également glissées, d’autant plus que de plus en plus de personnes ont perdu des êtres chers à cause du virus.

Compte tenu de toute cette tragédie et de cette incertitude, des stratégies d’adaptation ont été publiées, allant de prendre des pauses médiatiques et de dormir suffisamment à faire de l’exercice et à bien manger.

Emiliana Simon-Thomas, directrice scientifique du Greater Good Science Center de l’UC Berkeley, explique que la psychologie positive ne consiste pas à peindre un visage souriant sur les vrais problèmes de notre monde, déclarant que : “Il y a une façon de ressentir cette misère, de ressentir cette tristesse, cette douleur… et ensuite essayer de prendre cette expérience comme une sorte de carburant pour se comporter d’une manière qui résout la situation.

Une partie du travail de Simon-Thomas au Greater Good Science Center consiste à aider à guérir le plus grand bien sur son site Web, offrant des instructions sur la façon de mettre en œuvre certaines des pratiques de psychologie positive les plus efficaces dans nos vies. En voici trois à essayer en ces temps difficiles.

Pratiquez le 1-2-3 de la gratitude

La gratitude est plus facile à dire qu’à faire. Compte tenu de l’agitation de notre monde, il est naturel de se concentrer sur les nombreux aspects négatifs qui nous entourent. Se concentrer exclusivement sur cette douleur peut, paradoxalement, nous laisser épuisés et moins capables d’agir.

La pratique, que Simon-Thomas appelle “1-2-3 Gratitude”, consiste à être précis lorsqu’il exprime sa gratitude à une autre personne. Au lieu de simplement hocher la tête et dire “merci”, la gratitude 1-2-3 implique trois étapes simples mais puissantes. D’abord, décrivez ce que la personne a fait, en essayant d’être aussi détaillé que possible. Deuxièmement, reconnaissez l’effort qu’il a fallu pour le faire. Et troisièmement, décrivez spécifiquement comment ce qu’il a fait vous a été bénéfique.

Écrire une lettre d’apitoiement sur soi

Beaucoup de gens croient qu’en s’engageant dans l’autocritique, ils s’aident à s’améliorer ou à atteindre leurs objectifs. Mais la recherche montre exactement le contraire : les gens sont plus efficaces lorsqu’ils peuvent être plus gentils avec eux-mêmes. L’auto-compassion peut non seulement nous aider à nous sentir mieux et nous préparer à prendre des mesures constructives.

L’une des meilleures façons d’y parvenir est d’écrire une lettre d’auto-compassion. Tout d’abord, sortez une feuille de papier et écrivez ce que vous vous reprochez, en décrivant honnêtement ce que vous ressentez. Une fois que vous avez mis vos sentiments autocritiques sur papier, prenez les dix à quinze minutes suivantes pour écrire une lettre exprimant de la compassion et de l’acceptation pour la partie de vous-même que vous n’aimez pas. Pensez à ce que dirait un ami proche qui vous aime inconditionnellement. Rappelez-vous que personne n’est parfait. Considérez que vous faites de votre mieux compte tenu des circonstances et des facteurs actuels.

Aller se promener

Pendant la pandémie de COVID, se promener est l’une des activités les plus sûres que nous puissions faire à l’extérieur de nos maisons. De plus, c’est bon pour notre santé physique. Heureusement, faire une “promenade plaisir” est aussi l’un des meilleurs moyens d’égayer nos journées. La pratique est simple : tous les jours pendant une semaine, marchez juste 20 minutes. Pendant que vous marchez, essayez de regarder consciemment autour de vous, en observant les images, les sons et les odeurs. Notez autant de choses positives que possible. Dans des circonstances normales, vous n’avez peut-être pas remarqué à quel point le soleil, qui brille à travers les arbres, projette des ombres complexes et magnifiques sur le sol.

Aucune de ces pratiques ne résoudra comme par magie les nombreuses tragédies de notre monde. Personne ne peut être blâmé pour avoir ressenti de l’anxiété, de la dépression ou de la douleur pendant ces moments difficiles. Il est important pour nous tous de prendre toutes les mesures raisonnablement possibles pour nous protéger et rendre notre monde meilleur.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux et écrivez des choses pratiques pour rester concentré.

Articles populaires

To Top